Connect with us
img

Favorite News

Edouard Balladur relaxé, Léotard condamné dans l’affaire Karachi

Edouard Balladur relaxé, Léotard condamné dans l'affaire Karachi

NOUVELLES

Edouard Balladur relaxé, Léotard condamné dans l’affaire Karachi

[ad_1]

L’affaire Karachi, c’est quoi? — 20 Minutes
Il aura fallu attendre plus d’un quart de siècle après les faits. La Cour de justice de la République (CJR) a rendu ce jeudi sa décision et relaxé
Edouard Balldur. De son côté en revanche François Léotard a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende. La CJR se prononçait sur des accusations de financement occulte visant l’ancien Premier ministre et son ex-ministre de la Défense François Léotard, dans un volet de l’affaire Karachi.

« Je prends acte avec satisfaction de la décision de la Cour de justice de la République qui reconnaît enfin mon innocence », après « un quart de siècle de calomnies », a réagi Edouard Balladur, cité dans un communiqué transmis à l’AFP par ses avocats. « J’ai honte pour la justice française et ses dérives dangereuses. Je défendrai toujours la liberté de la décision politique », a en revanche réagi François Léotard. « J’irai en cassation », a-t-il affirmé.

L’âge des prévenus pris en compte

L’accusation avait requis le 2 février un an de prison avec sursis et 50.000 euros d’amende à l’encontre d’Edouard Balladur, jugé à 91 ans pour « complicité » et « recel » d’abus de biens sociaux. Une peine de deux ans de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende avait été demandée contre François Léotard, 78 ans, poursuivi lui pour « complicité ». Malgré la « gravité des faits », le ministère public a demandé à la Cour de prendre en compte le temps écoulé et l’âge des prévenus.

Dans ce dossier, il est reproché à l’ancien Premier ministre d’avoir en partie financé sa campagne électorale de 1995 via des rétrocommissions illégales versées en marge d’importants contrats d’armement. Des « accusations grossières », basées sur des « théories délirantes », ont brocardé les avocats d’Edouard Balladur.

Dons et gadgets

Edouard Balladur et François Léotard sont accusés d’avoir imposé à deux entités détenues par l’Etat – qui négociaient la vente de sous-marins et de frégates à l’Arabie saoudite et au Pakistan, un réseau d’intermédiaires « inutiles » aux commissions « pharaoniques ». Selon l’accusation, une portion des quelque « 550 millions de francs » (soit « 117 millions d’euros ») effectivement versés à ce réseau a alimenté en partie le compte de campagne du candidat Balladur, alors engagé dans une guerre fratricide avec Jacques Chirac.

Au cœur du dossier figure un dépôt en espèces et sans justificatif de 10,25 millions de francs (1,5 million d’euros) sur le compte du candidat, trois jours après sa défaite au premier tour. Edouard Balladur a toujours affirmé que ces fonds provenaient de dons de militants et de la vente de gadgets lors de réunions publiques. On saura donc aujourd’hui comment les juges ont entendu ses arguments. Les arrêts de la CJR ne sont pas susceptibles d’appel, seul un recours en cassation étant possible.

Une faute ?

365

partages

[ad_2]

Ссылка на источник

Continue Reading
You may also like...
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in NOUVELLES

To Top
error: Content is protected !!